logo

« Une vie sans couleur » ONG Maitri, Inde 2016

« Une vie sans couleur » pour l’ONG « Maitri India » (Inde, 2016)

*Retrouvez les « veuves blanches » dans mon ouvrage sorti début 2019 et dans le blog voyage.

 

Il faut savoir qu’en Inde perdre son mari est la pire chose qu’il puisse arriver. La vie d’une femme Indienne dépend souvent de ce dernier, qu’elle doit généralement voir et honorer tel un Dieu.

Ainsi une femme qui se retrouve veuve, a l’impression de cesser d’exister aux yeux de tous car, d’une part elle perd tout, et d’autre part, selon la croyance, elle est rendue responsable de la mort de son mari. Elle n’aurait pas réussi à retenir son âme… Autrefois, elles étaient même obligées de s’immoler par le feu, se jetant sur le bûcher avec le défunt, on appelait cet acte la sati.

Aujourd’hui c’est interdit, et les mentalités évoluent, mais ces veuves sont encore souvent connues pour porter malheur. Surtout en tant que femme seule, elles n’ont plus vraiment d’identité.

Elles n’ont traditionnellement pas le droit de posséder de bien et sont vouées à vivre recluses vêtues de blanc. Certaines parviennent à travailler, mais gagnent très peu, elles sont touchées par une pauvreté extrême. Pour les plus seules, elles errent dans les grandes villes récitant des mantras et demandant l’aumône. La religion est un refuge, souvent le seul qu’elle puissent avoir. Beaucoup se retrouvent dans la ville Sainte de Vrindavan. Elles y seraient plus de quinze mille à être venues de tout le pays, afin d’y prier dans les temples ou les ashrams, ces lieux communautaires dédiés à la spiritualité. Elles reçoivent ainsi quelques roupies ou grains de riz en échange de leurs chants et peuvent survivre, dévouant leurs jours au Dieu Krishna, honoré dans cette région.

C’est en 2016, alors même que je n’avais jamais vraiment ressenti l’envie d’aller en Inde, qu’après avoir visionné un reportage qui évoquait les veuves, j’ai décidé d’aller sur place pour mettre ces femmes en lumière. J’ai été accueillie pour un reportage photos dans l’ashram de l’ONG « Maitri India », qui permet à plus d’une centaine de veuves d’avoir un foyer. Elles y ont un endroit propre et confortable où vivre, reçoivent un repas par jour ainsi que des fournitures, comme des serviettes, des draps et autres biens nécessaires à leur confort. Surtout, on y prend soin d’elles et elles se sentent entourées et choyées.

J’ai pu avec plaisir prendre part à leur quotidien. Voici un aperçu en images

 

Reportage disponible avec ou sans texte (longueur à définir) pour publication ou exposition. Me contacter.

In Portfolios

error: Content is protected !!